Daniel Wellington

Noté 0 / 5 par 0 utilisateur(s)

Donnez votre avis - Lire les avis

La marque Daniel Wellington

Daniel Wellington est une marque de montres suédoise créée en 2011 par Filip Tysander. Les montres Daniel Wellington ont la particularité d’avoir des bracelets amovibles qui s’adaptent aux différents cadrans proposés par l’enseigne. Daniel Wellington a connu un développement rapide grâce à un concept unique et innovant, mais aussi grâce à une présence massive sur les réseaux sociaux, et une communication marketing bien rodée




 

 Filip Tysander, fondateur de Daniel Wellington 



L’Histoire de Daniel Wellington


Une idée venue tout droit d’Australie


Comme son nom ne l’indique pas, Daniel Wellington a été fondée par Filip Tysander, un jeune suédois de 24 ans. Fraîchement sorti de l’université d’Uppsala en Suède, il entreprend un voyage en Australie. Nous sommes alors en 2006. Lors de son périple, il rencontre un homme au style soigné et à la classe innée : Daniel Wellington. Il porte une petite montre au style minimaliste avec un bracelet NATO. Le nom de Lord anglais est alors parfaitement inconnu du grand public, tout autant que le reste le personnage aujourd’hui. Mais en rentrant en Suède, Filip Tysander a son projet très clair en son esprit : créer la marque de montre Daniel Wellington proposant un cadran ultrafin sur un bracelet nylon coloré amovible et adaptable à l’envie.


Une production à moindre coût


Problème : comment réussir à lancer une véritable machine de guerre dans l’horlogerie quand on n’a pas les fonds suffisants pour produire en Suisse, paradis de la montre de luxe ? C’est bien simple : on fait produire en Chine. Filip Tysander a déjà des contacts en Chine puisqu’il avait lancé un projet de marque de cravate avec son frère aîné. Il se rend donc à Shenzhen et retrouve ses producteurs avec lesquels il met en place un partenariat pour une conception de montres à très bas coûts.


Un développement marketing axé sur les réseaux sociaux 


Initialement, les montres Daniel Wellington sont exclusivement vendues sur Internet. Le site est soigné, il insiste énormément sur la qualité visuelle des photos-produits. Tout est fait pour donner le sentiment à l’internaute d’être sur un site de luxe, alors même que les montres sont fabriquées en Chine et vendues à un prix très accessible par rapport à la concurrence horlogère (entre 100€ et 200€ maximum).


Une internationalisation rapide


En Suède, le succès est immédiat. Ce qui permet à Daniel Wellington de s’exporter, d’abord en Scandinavie, puis en Europe occidentale. A peine un an après le lancement de la marque, Filip Tysander part à New-York où il ouvre un bureau. Aujourd’hui, vous pourrez acheter votre Wellington dans plus de 6.000 points de vente répartis dans 75 pays à travers le monde.


Côté magasin, contrairement à la concurrence des horlogers suisses qui pratiquent une présence très sélective, Daniel Wellington veut être présent dans tout type de magasin. Ce succès éclair et sans avoir dépensé un seul centime d’euro en publicité a ouvert la voie à un nouveau modèle de développement économique exclusivement basé sur la communication via les réseaux sociaux.


En 2014, le chiffre d’affaires de Daniel Wellington atteint les 60 millions de dollars, et 200 millions de dollars en 2015. La société suédoise se place en concurrent direct des marques historiques de l’horlogerie moyen de gamme comme Swatch. 




Modèle femme Daniel Wellington


Le succès par le visuel et les réseaux sociaux


Daniel Wellington est maître en ce qu’on appelle le marketing d’influence. En effet, la marque communique à ses adeptes en utilisant massivement les réseaux sociaux. Elle fait appel à des influencers qui proposent des codes promos pour encourager les followers à l’achat. Ce marketing permet à la marque d’avoir une visibilité permanente et diverse auprès des jeunes générations. Bien que de qualité, les montres Daniel Wellington ne sont pas particulièrement réputées pour leur robustesse, le produit est suffisamment solide pour dégager l’image de montres solides car haut de gamme. La stratégie de marque s’axe surtout sur un processus de vente maîtrisée et une utilisation exceptionnelle des outils marketing contemporains. Sur sa page Facebook, Daniel Wellington compte plus d’un million de « J’aime »,et  plus de 4 millions d’abonnés sur Instagram. Avec ce succès brutal et massif, beaucoup s’accordent à dire que la Daniel Wellington est la Swatch du XXIème siècle.