Animalis

Les bienfaits des animaux de compagnie sur l'humain

Publié par Yves - publié le 30 Nov, -1

Quel est l’animal familier le plus souvent présent dans nos maisons ?


Le chien le chat, et non c’est le poisson ! 63 millions d’animaux familiers en France, presque autant que d’humains. Et si les français aiment autant leurs animaux, ceux-ci le leur rendent bien : de plus en plus d’études associent en effet étroitement animaux de compagnie et bien-être familial.

Parlons peu du poisson qui, s’il est le héros de bon nombre de DA, a le contact un peu compliqué (on rappellera juste qu’il est interdit de mettre un poisson rouge dans un petit bocal, comme on le voit trop souvent. Le poisson a besoin d’un volume d’eau proportionnel à ses besoins spécifiques. Ce n’est pas de la déco c’est un véritable animal…

Le chat, quant à lui, est plus facile à adopter : il reste seul pendant le boulot, a besoin de moins d’espace et de moins de temps. Il est indépendant mais a besoin de compagnie, qu’on lui parle, Il faut le faire jouer, il doit aussi se dépenser.

Plus vous vous investirez dans votre relation avec votre chat, plus il vous le rendra.

Une étude américaine a démontré que le chat ressentait le mal-être des personnes et la maladie. On s’en doutait pour avoir vu tant de matou se coucher auprès de malades. Mais ce que l’on sait moins c’est qu’en ronronnant le chat accélère la cicatrisation des cellules malades. Il parait que c’est prouvé.

Chat ou chien, ils sont de plus en plus utiles véritablement dans une société qui vieillit et dans laquelle on trouve de plus en plus de personnes âgées isolées. Pour celles-ci l’animal est souvent le seul être vivant avec lequel elles vont échanger : son contact, les caresses, les soins à lui prodiguer, la tendresse, l’activité pour le nourrir et le promener, l’ouverture vers le monde extérieur, sont essentiels car ils valorisent l’existence des personnes isolées.

On constate une amélioration de l’état de santé (ou une aggravation si l’animal disparait ou est enlevé), et une forte diminution de l’anxiété et du stress chez les personnes accompagnées par un animal. Sachez que rien n’interdit les animaux dans les maisons de retraite à condition que les propriétaires s’en occupent, et on en voit de plus en plus qu’ils sont de plus en plus acceptés. Ou a défaut, que des séances sont organisées de temps en temps pour distraire les vieilles personnes.

Certains établissements n’hésitent pas à emmener leurs pensionnaires dans des fermes pour passer l’après-midi au milieu des animaux. Moins de médicaments, plus d’affect. Les malades Alzheimer apprécient tout autant cette calinothérapie qui est la seule parfois à leur permettre de se souvenir de leur passé. Les réactions émotionnelles en face des animaux transforment ceux-ci en auxiliaires de santé.

Même chose avec les enfants, les interventions dans les crèches avec un chien accompagné d’un psychométricien apporte une grande aide au développement psychomoteur et sensoriel des enfants. L’enfant, en lui parlant et en le touchant, apprend aussi le respect de l’autre et sa différence.

Chez les enfants de divorcés, ceux qui possèdent un animal sont plus sereins, plus apaisés. On peut le dire aussi des grands malades comme les schizophrènes.

Les entreprises commencent à adhérer à ce processus et accepter les animaux à l’intérieur de leurs locaux : le contact entre salariés s’améliore, moins de conventions, plus d’aisance dans les relations, l’animal devient médiateur auprès de tous. Il va aider à structurer les interactions entre les personnes sans jugement ou a-priori. La Grande-Bretagne a d’ailleurs mis en place une journée de l’animal au bureau.

L’étude conclut en disant que le bénéfice émotionnel d’un animal de compagnie est équivalent à celui d’un humain avec le stress en moins. On voit ce qu’il nous reste à faire.

Ou adopter son animal ? Pensez à la SPA ! C’est sans doute le meilleur choix. Vous sauverez un animal de l’abandon.

Sinon, faites un tour chez Maxi ZOO ou Animalis, Truffaut, Miaou Waou, Dog Club… On va plus sur les quais de la Megisserie, à Paris, il ne reste qu’un seul magasin. Les autres ont été fermés pour causes diverses, variées et inavouables.

Ah et quand on adopte un animal, c’est pour la vie. Alors, prenez votre temps, attendez le coup de cœur, promenez-le un peu, tenez-le dans vos bras. Et attendez de voir si le courant passe entre vous.

Commentaires